News & events - Keyword : Neurosciences

Chronological order of publication in this website

Région embryonnaire préoptique

La quête passionnante des origines neuronales

Le cortex cérébral est composé d’une multitude de neurones, chacun doté de caractéristiques propres sur les plans moléculaire, morphologique et fonctionnel. Mais où naissent-ils ? Comment développent-ils leurs propriétés particulières ? A l’heure actuelle, il n’existe aucune réponse complète à ces questions, notamment en raison de limitations méthodologiques.

Des chercheurs du groupe du Prof. Alexandre Dayer du Pôle de recherche national Synapsy et de l’Université de Genève apportent un premier élément de réponse. Ils ont en effet découvert un facteur moléculaire unique qui leur permet de suivre, de la naissance à la maturité, une classe homogène de neurones, les cellules neurogliaformes.

Ces résultats, à lire dans la revue e-life, retracent pour la première fois la genèse de ces neurones et leur évolution, ouvrant de nouvelles opportunités dans la compréhension du fonctionnement du cortex cérébral et des spécificités neuronales.

Frontiers in Biomedicine banner

Frontiers in Biomedicine - Stanislas Dehaene

Reading in the brain: new images of how education transforms us

Stanislas Dehaene
NeuroSpin Brain Imaging Center - Saclay, France
Chair of Experimental Cognitive Psychology at the Collège de France - Paris, France

Thursday, May 17, 2018 - 12 h 30
CMU - Auditorium Alex-F. Müller / A250, 2nd floor

Information: Oliver Hartley

Frontiers in Biomedicine banner

Frontiers in Biomedicine - Arnold Kriegstein

A new understanding of human brain development in health and disease

Arnold Kriegstein
Eli and Edythe Broad Center of Regeneration Medicine and Stem Cell Research
University of California, San Francisco - USA

Thursday, March 22, 2018 - 12 h 30
CMU - Auditorium Alex-F. Müller / A250, 2nd floor

Information: Oliver Hartley

Bannière UNIGE - Faculté de Médecine - HUG

Leçon publique - Prof. Alexandre Dayer

Emergence des microcircuits corticaux et vulnérabilité psychiatrique

Portrait de Alexandre Dayer

Leçon publique du Prof. Alexandre Dayer, membre d’iGE3, dans le cadre de sa promotion à la fonction de professeur ordinaire au Département de Psychiatrie de la Faculté de Médecine.

Vendredi 2 mars 2018 - 13 h 00
CMU – Auditoire Alex-F. Müller / A250, 2ème étage

  • Conférence publique
Malformations artério-veineuses cérébrales

Une mutation cellulaire à l’origine d’anévrismes cérébraux

Les malformations artério-veineuses sporadiques du cerveau – un type grave d’anévrisme cérébral – constituent l’une des principales causes d’hémorragie cérébrale chez les jeunes adultes et les enfants. Affectant une quinzaine de personnes sur 100 000, il s’agit d’un développement anormal du système vasculaire cérébral qui peut survenir lors de la vie fœtale.

En identifiant son origine – une mutation somatique des cellules endothéliales qui forment la couche interne des vaisseaux sanguins – des chercheurs de l’Université de Genève (ancien groupe du Prof. Stylianos Antonarakis) et de l’Université de Toronto, au Canada, montrent l’impact que peut avoir une telle mutation et ouvrent des pistes pour améliorer le traitement. Leurs résultats sont à lire dans le New England Journal of Medicine.

Bannière Semaine du Cerveau 2018

Semaine du Cerveau 2018

Le cerveau en construction

La Semaine internationale du Cerveau se déroule chaque année dans plusieurs villes de Suisse. A Genève, cet événement est organisé par le Centre Interfacultaire de Neurosciences. Le développement en est le thème en 2018.

Des conférences pour le grand public sont proposées chaque soir de la semaine du lundi 12 au vendredi 16 mars 2018, à 19 h 00 à Uni Dufour, Auditoire Piaget.

Bannière UNIGE - Faculté de Médecine - HUG

Colloque du Département des Neurosciences Cliniques

De l'optogénétique à la stimulation cérébrale profonde: addiction et plus

 
Portrait de Christian Lüscher

Prof. Christian Lüscher
Département des Neurosciences Fondamentales
Faculté de Médecine
Membre d'iGE3

Jeudi 8 février 2018 - 17 h 00
HUG - Bâtiment d'appui, Aile Jura, 2ème étage
Salle de conférences neurologie-neurochirurgie 2-745

Schéma sur l'expression des récepteurs Fprs

Chasser les microbes ou flairer le poison:
une affaire d’évolution

Les mammifères possèdent plusieurs lignes de défense contre les microbes. L’une d’entre elles est activée lorsque des récepteurs appelés Fprs présents sur des cellules immunitaires se lient à des molécules spécifiques qui sont relâchées par des agents pathogènes ou produites pour combattre une infection. Des chercheurs du groupe de Prof. Ivan Rodriguez, de l’Université de Genève, ont montré en 2009 que ces mêmes récepteurs étaient aussi présents dans le nez des souris, probablement pour détecter des aliments contaminés ou éviter des congénères malades.

Les biologistes décrivent maintenant dans la revue PNAS comment des Fprs ont acquis ce nouveau rôle, passant du système immunitaire au système olfactif. Les responsables de cette innovation sont deux “accidents” génomiques, survenus à plusieurs millions d’années d’intervalle au cours de l’évolution des rongeurs.

Technique iTango

Un interrupteur pour éclairer les neurones

La transmission de l’information dans le cerveau passe par des molécules neurotransmettrices qui se diffusent à travers la zone de jonction entre deux cellules nerveuses, appelée synapse. Dans certain cas, ces molécules peuvent se répandre dans le tissu, inondant ainsi différents types de cellules nerveuses; on parle alors de neuromodulation. Pour mieux comprendre l’impact des neuromodulateurs sur les circuits cérébraux et sur le comportement, il faut pouvoir identifier les neurones stimulés et suivre ensuite leur activité.

Une collaboration entre l’équipe du Prof. Christian Lüscher de l’Université de Genève et l’Institut Max Planck de Floride pour les neurosciences a permis de résoudre ce problème grâce à une nouvelle technique baptisée iTango, qui permet de contrôler les cellules soumises à la neuromodulation en temps réel. Elle s’appuie sur un système novateur d’expression génétique basé sur la lumière, et permettra aux scientifiques de mieux comprendre les mécanismes de contrôle des circuits cérébraux impliqués, par exemple, dans l’addiction ou dans certains troubles psychiatriques comme la schizophrénie. Des résultats à lire dans Nature Methods.

Cellules olfactives de souris

Avoir du nez, ça se travaille !

Le cerveau a la capacité d’identifier et de traiter des stimuli sensoriels très divers afin d’en construire une représentation mentale. Mais cette représentation se modifie-t-elle avec le temps ? Est-il possible d’apprendre à mieux trier et interpréter de tels stimuli ?

Les groupes de Prof. Alan Carleton et de Prof. Ivan Rodriguez ont découvert le rôle complémentaire de deux types différents de neurones dans le traitement des informations olfactives et la réorganisation cérébrale différente qui en découle selon le contexte. Ils expliquent pourquoi le cerveau doit faire appel à différents types de cellules pour former, maintenir et remodeler les représentations des odeurs. C’est en effet leur combinaison qui permet à la fois de reconnaître et de distinguer des odeurs semblables. Des résultats à lire dans la revue Neuron.