All news & events

Chronological order of publication in this website

A droite, oeil de drosophile atteinte de cécité

Découverte d’un gène provoquant une cécité

Notre génome est composé de 20’000 gènes, tous susceptibles de provoquer des maladies. A l’heure actuelle, 4141 gènes ont déjà été identifiés comme responsables d’anomalies génétiques. Il en reste donc environ 16’000 à démasquer et relier aux maladies génétiques qu’ils provoquent.

Des chercheurs de l'ancien groupe du Prof. Stylianos Antonarakis de l'Université de Genève, associés à des scientifiques pakistanais et américains, ont étudié une maladie génétique récessive qui empêche les yeux de se développer et les détruit progressivement, rendant l’enfant aveugle. En analysant les génomes de chaque membre d’une famille ayant des enfants atteints par l’anomalie, les généticiens ont identifié un nouveau gène, MARK3, comme en étant la cause. Ils ont ensuite confirmé ce résultat, à lire dans la revue Human Molecular Genetics, en modifiant ce gène chez des drosophiles, dès lors atteintes elles aussi de cécité. L’identification de ce trouble lié à MARK3 aidera à comprendre le mécanisme de la maladie, à fournir des services de diagnostic et à initier des efforts pour un traitement personnalisé.

Gene Regulation Workshop banner

Gene Regulation Workshop

Regulation from DNA to protein

The Gene Regulation Workshop (former SKMB meeting) is a one day meeting in Lausanne featuring internationally recognized scientists that work on molecular mechanisms controlling transcriptional and post-transcriptional responses in gene expression to cell-type specific, developmental or environmental cues.

The workshop will take place on Monday, September 3, 2018, at the University of Lausanne, Génopode C, from 9 h 30 to 17 h 30.

  • Registration is required.
  • Registration deadline: August 29, 2018
  • Organisation: Martine Collart, David Gatfield, Winship Herr, David Shore, Florian Steiner
PhD Salary Awards banner

6th iGE3 PhD Salary Awards

For graduate students working in the laboratories of iGE3 faculty members.

We are happy to announce the 6th round of the iGE3 PhD Salary Awards. Similar to the past five years, these stipends will be given competitively to graduate students working in the laboratories of iGE3 members, for projects with a strong genetics or genomics component.

The graduate students have to be in the 2nd or 3rd year of their studies, and the salary awards will be provided for 2 years, non-renewable. The final selection will be made by an external (non-UNIGE) advisory board. The stipends should be acknowledged in publications as iGE3 PhD Student Awards.

Please note:

  • up to 4 PhD awards should be given in this 6th round of the doctoral training support;
  • one application per laboratory will be accepted per call;
  • students from laboratories with awardees from 2017 are not eligible, i.e. lab of Dr Currat, Profs Gotta, Herrera, Martinou, Ulm and Zdobnov;
  • the announcement of the final selection will be made by Monday, October 15, 2018;
  • the successful applicants will present their project at the 7th iGE3 Annual Meeting on Tuesday, November 13, 2018;
  • the contracts will start on Saturday, December 1, 2018.

The application must be completed online. Please follow this address.

PhD Awards website

Application deadline: Sunday, September 2, 2018

Further information: Nadia.Fraefel@unige.ch

The iGE3 Executive Board (D. Shore, E.T. Dermitzakis, D. Duboule, D. Picard, W. Reith)

! Registration is closed !

Louis-Jeantet Foundation banner

2018 Louis-Jeantet Symposium

Proteomics and structural biology

The seventh edition of the Louis-Jeantet Symposium will take place on Tuesday, October 9, 2018 at the CMU in Geneva, on the topics of proteomics and structural biology.

This edition will be organised by two Louis-Jeantet prize winners: Matthias Mann, Max-Planck Institute for Biochemistry, Munich, and Kurt Wüthrich, The Scripps Research Institute, La Jolla, and ETH Zurich.

Embryon de serpent des blés

Reptilien ou mammifère ? Un cerveau sur commande

Le cerveau des mammifères est caractérisé par le développement d’un néocortex qui se superpose au cerveau plus ancien dit «reptilien». Des recherches antérieures ont démontré que cette distinction découle de la manière dont les neurones sont fabriqués: on parle de neurogénèse directe pour la partie ancienne du cerveau, et indirecte pour le néocortex.

Mais comment le cerveau choisit-il l’une ou l’autre méthode ? Une équipe de chercheurs de Saint Joan d’Alacante en Espagne, en collaboration avec des scientifiques du groupe du Prof. Michel Milinkovitch de l’Université de Genève et du SIB, Institut Suisse de Bioinformatique, et des chercheurs américains et allemands, ont découvert que le contrôle du processus direct ou indirect de fabrication des neurones ne dépend que de l’expression de trois gènes distincts. Les scientifiques ont par la suite été capables de contrôler ce processus, créant des tissus corticaux de mammifère chez le serpent et de tissus reptiliens chez la souris! Ces résultats, à lire dans la revue Cell, ouvrent un nouveau pan dans la compréhension du développement et de l’évolution du cerveau.

Bannière UNIGE - Faculté de Médecine

Le Outstanding Investigator Award
à Marguerite Neerman-Arbez

Marguerite Neerman-Arbez récompensée par
la Société internationale de recherche sur le fibrinogène

Portrait de Marguerite Neerman-Arbez

Pre Marguerite Neerman-Arbez, du Département de Médecine Génétique et Développement de la Faculté de Médecine, membre d'iGE3, est la lauréate 2018 du Outstanding Investigator Award remis par la Société internationale de recherche sur le fibrinogène - International Fibrinogen Research Society (IFRS).

Ce prix est attribué pour l'ensemble de ses recherches sur les causes génétiques des anomalies du fibrinogène, une protéine du sang jouant un rôle essentiel dans la coagulation. Nous la félicitons chaleureusement pour cette distinction.

Bannière UNIGE

Brigitte Galliot rejoint le rectorat de l'UNIGE

Portrait de Brigitte Galliot

Pre Brigitte Galliot, vice-doyenne de la Faculté des Sciences, a été nommée vice-rectrice de l’Université de Genève par le recteur Yves Flückiger. Elle prendra ses fonctions le 1er août 2018. En charge des ressources humaines et de la recherche, elle mettra sa vaste expérience au service de l’institution qu’elle a rejoint en 1993. La promotion de la recherche, la formation des chercheuses et chercheurs au management et la place des femmes dans l’univers académique font partie de ses priorités.

Brigitte Galliot est professeure associée au Département de Génétique et Evolution de la Faculté des Sciences, et membre d'iGE3. Nous la félicitons pour cette nomination, et lui souhaitons plein succès dans sa nouvelle fonction et ses futures missions.

Banner iGE3 - UNIGE

New iGE3 member - Marc Abramowicz

Marc Abramowicz portrait

We are pleased to welcome Prof. Marc Abramowicz as a new faculty member of the iGE3.

Marc Abramowicz is a professor at the Department of Genetic Medicine and Development of the Faculty of Medicine, and head of the Genetic Medicine Division of the HUG. There are two axes to his research: identify causes and mechanisms of genetic disease, and identify and mitigate predisposition to common disease. His long-term goal is to identify and validate medical interventions based on patients’ genomic analysis, that improve health outcome.

Banner iGE3 - UNIGE

New iGE3 member - Paul Guichard

Paul Guichard portrait

We are pleased to welcome Prof. Paul Guichard as a new faculty member of the iGE3.

Paul Guichard is an assistant professor at the Department of Cell Biology of the Faculty of Science. His research focuses on deciphering the structural mechanisms governing centriole assembly. To gain decisive insights into these mechanisms he combines the use of cell biology methods, in vitro reconstitution assays and state-of-the art imaging technologies.

Fin de vie

Comment meurt-on aujourd’hui en Suisse ?

Aujourd’hui, en Suisse, près des deux tiers des décès ne sont pas soudains. De quelle manière le contexte culturel propre à chaque région linguistique de notre pays influence-t-il les décisions de fin de vie ?

Les groupes de Prof. Samia Hurst de l’Université de Genève et de Dr Georg Bosshard de l'Université de Zurich montrent qu’il y a en la matière des différences notables entre les régions de Suisse, pas forcément plus importantes d’ailleurs que celles observées entre ces régions et les pays avec qui elles partagent une même langue. Ces résultats, publiés dans la revue BMC Medicine, sont importants pour permettre de fonder sur des faits le débat autour de la fin de vie; ils mettent en lumière la nécessité pour chacun de réfléchir à ce que signifie mourir dignement.